L’arbre banian est doté d’une vitalité étonnante. Quelle que soit la stérilité de la terre, ou même contre des falaises rocheuses, il peut percer le sol pour se dresser fièrement vers le ciel.

Le 12 mars 2000, Xi Zhongxun, âgé de 87 ans, a planté un banian avec sa famille dans le jardin de l’Orchidée, sa résidence à Shenzhen. Xi Zhongxun a dit au personnel qui l’entourait : « Je veux aussi m’enraciner à Shenzhen. »

Xi Zhongxun, l’un des principaux pionniers et fondateurs de la réforme et de l’ouverture du Guangdong, a planté ce banian pour exprimer son souhait d’être enraciné dans la réforme et l’ouverture.

En décembre 1978, lors de la 3e session plénière du XIe Comité central du Parti communiste chinois a été prise la décision historique de recentrer les efforts du Parti et de l’État sur le développement économique et de mettre en œuvre la politique de réforme et d’ouverture, ouvrant ainsi une nouvelle période dans l’histoire de la réforme et de l’ouverture ainsi que de la modernisation socialiste.

Quelques mois plus tard, lors d’une réunion du Comité central du PCC, Xi Zhongxun, alors premier secrétaire du comité du PCC pour la province du Guangdong, a demandé au Comité central d’accorder plus d’autonomie au Guangdong pour que la province prenne un pas en avant sur d’autres dans la réforme et l’ouverture. « La province du Guangdong, proche de Hong Kong et de Macao et qui compte un grand nombre de Chinois d’outre-mer, devrait tirer pleinement parti de cette situation favorable et procéder activement à des échanges économiques et technologiques avec l’étranger », avait-t-il déclaré.

Cette proposition ambitieuse constitue le fruit des recherches approfondies de Xi Zhongxun dans la province du Guangdong.

En juillet 1978, Xi Zhongxun s’est rendu à la campagne pour effectuer des recherches, et sa première étape était le comté de Bao’an. Le village de Luofang est traversé par une rivière qui divise les terres agricoles locales en deux parties, l’une relevant du Guangdong et l’autre de Hong Kong. Xi Zhongxun a appris sur le terrain que dans ce village, le revenu annuel par habitant des villageois du côté du Guangdong n’était que de 134 yuans, alors que celui des villageois du côté de Hong Kong, juste l’autre côté de la rivière, s’élevait à 13 000 dollars de Hong Kong.

Dans la rue Chung Ying, il a vu le côté de Hong Kong bondé de passants et de flux de trafic, tandis que celui de la partie continentale du pays était envahi par les mauvaises herbes, présentant des images déprimées et flétries. Dans le jardin de litchis, il a entendu la plainte des producteurs de fruits que les litchis ne se vendait qu’à huit centimes de yuan la livre, ce qui le fit réfléchir longtemps …

En août 1978, Xi Zhongxun (troisième à partir de la gauche) a effectué des recherches dans la région rurale de Huiyang, dans la province du Guangdong. Xi Jinping (premier à gauche), étudiant à l’université de Tsinghua, a profité de ses vacances d’été pour participer aux activités sociales en accompagnant son père à la campagne.

Cet été-là, Xi Zhongxun a visité 23 comtés.

Ayant compris la situation réelle du Guangdong, Xi Zhongxun a présenté aux autorités centrales une série de propositions de réforme ambitieuse, qui ont obtenu le soutien de celles-ci. La ville de Shenzhen a été fondée en mars 1979. Peu après, Xi Zhongxun a de nouveau proposé de réserver une zone de gestion indépendante dans des villes adjacentes à Hong Kong et Macao, telles que Shenzhen, Zhuhai et la ville à forte émigration Shantou, afin d’accueillir les investissements des compatriotes chinois d’outre-mer, de Hong Kong et de Macao, ainsi que des hommes d’affaires étrangers. Cette proposition a été prise au sérieux par les principaux dirigeants des autorités centrales. En août 1980, le Parti et l’État ont approuvé la création de zones économiques spéciales à Shenzhen, Zhuhai, Shantou et Xiamen.

Travaillant plus de deux ans dans la province du Guangdong, Xi Zhongxun a entrepris un énorme travail de pionnier.

Il a conduit le peuple de Guangdong à explorer les moyens de restructurer l’économie rurale, en proposant, sur la base de l’autosuffisance alimentaire, de favoriser au développement des cultures commerciales, de l’élevage et de la pêche, ainsi qu’au développement d’entreprises locales spécialisées dans la transformation des produits agricoles et des produits secondaires. Il a également profité de la proximité géographique du Guangdong avec Hong Kong et Macao pour promouvoir le développement du micro-commerce frontalier et l’introduction d’hommes d’affaires de Hong Kong pour investir et créer des usines de transformation avec des matériaux fournis…Une série de mesures novatrices ont jeté les bases permettant au Guangdong de faire les premiers pas dans la réforme et l’ouverture de la Chine.

La grande initiative de son père, qui a conduit le peuple de Guangdong à libérer les esprits et à procéder courageusement à des réformes, a profondément influencé Xi Jinping.

En 1982, Xi Jinping a demandé à quitter la Direction générale du Conseil des Affaires d’État et le Secrétariat général de la Commission militaire centrale pour aller travailler à l’échelon de base.

Lors de son travail dans le comté de Zhengding, dans la province du Hebei, face au problème de l’insuffisance des talents scientifiques et technologiques dans la plupart des entreprises et des institutions du comté à des degrés divers, Xi Jinping a proposé neuf mesures en matière de nomination de cadres après des recherches approfondies : « employer hardiment et accepter largement toutes sortes de talents », « tolérer l’échec des projets de recherche sans établir les responsabilités ni réduire les salaires », etc.

Les « neuf mesures en matière de talent » concernaient le système de distribution, le statut du personnel, la politique alimentaire, le système d’enregistrement familial et d’autres aspects, ce qui pouvait être considéré à l’époque comme un geste qui brisait la glace.

En 1983, Xi Jinping (au premier rang, au centre), alors secrétaire du comité du PCC pour le comté de Zhengding dans la province du Hebei, a temporairement installé une table dans la rue pour écouter les opinions des gens.

Alors qu’il travaillait dans la province du Fujian, Xi Jinping a résumé  » l’expérience du Jinjiang » après de nombreuses enquêtes et a proposé l’orientation du développement économique au niveau des comtés. Il a proposé que l’approbation des projets d’investissement étranger soit faite « dans un seul bâtiment » pour simplifier l’administration et décentraliser le pouvoir. Il a dirigé la réforme du régime de propriété forestière collective, etc.

Au cours de son travail dans la province du Zhejiang, Xi Jinping a mis en avant la stratégie qui consiste à « tirer parti des avantages sous huit aspects » et de « promouvoir des mesures sous huit aspects ». À Shanghai, il a favorisé le programme de développement de la zone économique du fleuve Yangtsé. Ces méthodes de réforme et ces expériences qui sont basées sur les études et les recherches profondes dans différents endroits, axées sur le développement actuel et à long terme, et formées dans la pratique locale, ont encore une grande signification pratique et directrice dans la nouvelle ère.

Xi Jinping a souligné que pour faire face aux contradictions et aux défis de développement auxquels notre pays est confronté, la clé réside dans l’approfondissement général des réformes. Cela signifie également que la réforme nécessite la persévérance et le courage pour oser entrer dans la zone d’eaux profondes, s’attaquer aux problèmes les plus épineux, traverser les bas-fonds dangereux.

Depuis le 18e Congrès national du PCC, la réforme du registre d’état civil a brisé les barrières entre les villes et les régions rurales. La réforme de l’appareil judiciaire a éliminé les maux persistants tels que le juge qui entendait l’affaire ne pouvait pas réellement décider de son verdict, mais le comité d’arbitrage qui n’entendait pas l’affaire décidait du verdict. L’idée que la nature vaut son pesant d’or s’est implantée dans l’esprit du peuple. L’application du système de la liste négative nationale pour l’accès au marché est devenue le microcosme de l’amélioration sans cesse de la construction du système de marché moderne. Alors qu' »Un seul déplacement fera l’affaire » a remplacé progressivement « plusieurs déplacements feront l’affaire », les fonctions gouvernementales ont été transformées en profondeur.

Selon des savants américains, la forte lutte anti-corruption de la Chine est une réforme, gouverner le pays par la loi et par la vertu est une réforme, la bataille décisive contre la pauvreté est une réforme, la réorganisation de l’armée est une réforme et la réforme des institutions du Parti et du gouvernement est également une réforme majeure. Un savant qui a participé à la rédaction des documents pour la troisième session plénière du Comité central du PCC a rappelé : « Sans la détermination de Xi Jinping, de nombreuses réformes majeures seront difficiles à réaliser. »

Les gens ont également fait des commentaires similaires sur le courage de Xi Zhongxun dans la promotion ferme de la réforme et de l’ouverture de la province du Guangdong.

Un vieux camarade qui a travaillé avec Xi Zhongxun a dit franchement : « Si le camarade Xi Zhongxun n’avait pas proposé la décentralisation de manière aussi nette et claire, la province du Guangdong stagnerait encore. » « Il a transformé les discussions théoriques sur l’élargissement de l’autonomie locale en actions pratiques dans la province du Guangdong. »

Le 8 décembre 2012, Xi Jinping a planté un banian alpin dans le parc de Lianhuashan à Shenzhen, dans la province du Guangdong.

L’héritage spirituel de bravoure et de courage entre le père et le fils, et le relais réformateur de changement et d’innovation entre deux générations de communistes, cela se conçoit. Comme l’a écrit Xi Jinping dans une lettre d’anniversaire adressée à son père Xi Zhongxun : « J’apprends de vous en tant que personne » et « j’apprends de vous en faisant les choses ».

En 2012, après le 18e Congrès national du PCC, Xi Jinping a choisi le Guangdong pour sa première inspection locale.

Dans le parc de Lianhuashan à Shenzhen, il a déposé un panier de fleurs devant la statue en bronze de Deng Xiaoping et a planté un banian sur la place située au sommet de la colline. Ici, il a rappelé la voie de la réforme de la génération précédente, a réfléchi à la réforme chinoise après son entrée dans la « zone d’eaux profondes » et a donné un ordre de mobilisation pour approfondir la réforme.

Aujourd’hui, les deux banians plantés par Xi Zhongxun et Xi Jinping à Shenzhen sont devenus de plus en plus grands. Avec le Guangdong comme point de départ de la réforme et de l’ouverture de la Chine, après avoir connu de grands changements, la Chine est en train d’élaborer un nouveau plan pour la construction globale d’un pays socialiste moderne et de s’efforcer de réaliser la montée en puissance du pays et le grand renouveau national. Au vu de la situation actuelle, ce dont nous avons besoin pour approfondir davantage les réformes, c’est de faire avancer l’esprit tenace du banian, qui est enraciné dans le sol profond et ne craint pas les difficultés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici