Les relations Chine/Afrique sont ancrées dans une histoire multiséculaire de contacts maritimes, au gré des alizés, à travers l’océan Indien. C’est donc, tout naturellement, d’un côté, la côte sud de la Chine (Guangzhou) et de l’autre, la façade Est du continent africain qui furent les premières concernées.
L’année 1949 marque donc une ère nouvelle pour les relations Chine-Afrique : les liens sont d’abord fondamentalement de nature politique. À la charnière de l’époque coloniale et du début des indépendances africaines, l’intérêt de la Chine pour le continent africain se développe dans le cadre d’une solidarité tiers-mondiste, face aux puissances occidentales, dans le sillage de la conférence de Bandung.
C’est la conférence de Bandung en 1955 qui va être le point de départ de la mise en œuvre d’une véritable politique chinoise au sud du Sahara, officialisée par le 8e Congrès du Comité central du Parti de 1956. Les années suivantes sont rythmées par une série de cinq conférences afro-asiatiques qui se tiennent toutes en Afrique : Le Caire (1957) ; Accra (1958) ; Conakry (1960), Mogadiscio (1963) ; Winneba (1965) ;
En 1960 Le CAMARADE SEKOU TOURE fut le premier dirigeant africain à se rendre en visite officielle en Chine. L’année d’après, ce fut le tour du président ghanéen, Nkrumah. Au seuil des indépendances, trois États sont ainsi en pointe pour leurs relations avec la Chine : le Ghana, la Guinée et le Mali.
Ces relations ont été fortement activées et diversifiées à travers les précurseurs historiques MAO ZEDONG et ZHOU ENLAI (1950-1960). En 1964 CHOU ENLAI a entrepris une visite dans dix pays africains :  Égypte, Maroc, Algérie, Soudan, Guinée, Ghana, Mali, Éthiopie, Somalie et Tunisie ; cette visite fut placée sous le signe d’une solidarité sino-africaine se construisant contre l’impérialisme.
Au nom de l’amitié et de la solidarité avec ses amis anticolonialistes et socialistes, les années 1960-1970, sont celles où la Chine commence à déployer en Afrique une vitrine politique faite de grandes réalisations dans plusieurs domaines entre autres l’éducation, les infrastructures, le sport et l’animation de la jeunesse ; C’est ainsi que Palais présidentiels, stades, nouvelles routes, oléoducs, humanitaire, constituent autant de chantiers très visibles.
A partir du 21ème siècle, sous l’impulsion du Président de la République Populaire de Chine son Excellence XI JINPING, nous observons l’intensification et la formalisation du cadre de coopération entre les peuples Africains et Chinois.
Les 65 ans de relations entre la Guinée et la Chine ont été marqués par l’approfondissement des échanges et de l’inspiration mutuelle. Depuis 1968, la Chine a envoyé plus de 730 personnels soignants lors de 30 missions médicales en Guinée. Ils ont travaillé aux côtés de leurs confrères guinéens pour sauver les vies et soigner les blessés, ainsi que lutter contre Ebola, la Covid-19 et d’autres épidémies et catastrophes, créant de nombreuses pertes dans les services sanitaires guinéens. Depuis 1973, la Chine a aidé la Guinée à former dans ses Institutions d’enseignement près de 2 000 talents hautement qualifiés dans divers domaines par l’octroi de bourses gouvernementales et la mise en œuvre de divers programmes de formation, et l’Institut Confucius de l’UGANC a formé plus de 5 000 apprenants de chinois en Guinée depuis 2018. Tout cela a aidé la Guinée à transformer ses dividendes démographiques en force motrice pour le développement et à promouvoir un développement de haute qualité. La Fédération guinéenne de Kungfu Wushu et d’autres associations d’amitié ont travaillé en étroite collaboration avec l’Institut Confucius de l’UGANC pour organiser des activités culturelles riches et variées, jouant un rôle actif dans la promotion de la compréhension de la culture chinoise parmi les Guinéens et servant de pont pour approfondir l’amitié entre La Guinée et la Chine et pour promouvoir les échanges humains entre les deux pays, contribuant ainsi au renforcement des échanges et de l’inspiration mutuelle entre les civilisations chinoise et guinéenne.
Nos relations bilatérales ont résisté aux épreuves des aléas internationaux et peuvent servir de modèle aux relations entre les pays africains et la Chine.
Actuellement, la reprise économique mondiale est faible, les conflits géopolitiques s’intensifient, les tendances protectionnistes progressent, les grands changements inédits depuis un siècle dans la situation mondiale s’accélèrent, et le monde est entré dans une nouvelle période de turbulences et de transformations. Face aux changements profonds et complexes de la situation internationale, le président chinois Xi Jinping, prenant en compte les intérêts communs des peuples du monde, a proposé de manière créative la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité, offrant une réponse chinoise.
Afin de mieux promouvoir la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité, le président chinois Xi Jinping a avancé trois Initiatives majeures, à savoir l’Initiative pour le développement mondial, l’Initiative pour la sécurité mondiale et l’Initiative pour la civilisation mondiale. Au fil des ans, en dépit des aléas internationaux, la Chine a toujours travaillé, autant qu’elle peut à promouvoir la construction d’un monde beau, propre, ouvert et inclusif, marqué par la paix durable, la sécurité universelle et la prospérité commune.
Dans le domaine du développement, la Chine a activement mis en œuvre l’Initiative pour le développement mondial et favorisé la coopération de qualité dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route », apportant de nouvelles opportunités pour promouvoir le développement commun dans le monde. Le développement est la clé pour résoudre tous les problèmes auxquels l’humanité est confrontée. Après un siècle d’exploration et de lutte continues, la Chine a trouvé une voie de développement adaptée à ses conditions nationales. Elle travaille à l’édification d’un grand pays socialiste moderne et à la réalisation du renouveau de la nation grâce à une modernisation à la chinoise, tout en continuant à promouvoir une modernisation du monde, caractérisée par un développement pacifique, une coopération mutuellement bénéfique et une prospérité commune.
Dans le domaine de la sécurité, la Chine a activement mis en œuvre l’Initiative pour la sécurité mondiale, ouvrant de nouvelles voies pour promouvoir la sécurité commune internationale. La sécurité est une condition préalable au développement, et l’humanité est une communauté de sécurité indivisible. Tous les pays et tous les peuples devraient jouir ensembles de la sécurité, et la sécurité d’un pays ne peut se faire au détriment de celle des autres. La Chine plaide pour que tous les pays défendent un concept de sécurité commun, global, coopératif et durable. Nous préconisons un nouveau type de sécurité fondé sur le dialogue plutôt que sur la confrontation, sur le partenariat plutôt que sur l’alliance, et sur le gagnant-gagnant plutôt que sur le jeu à somme nulle.
Dans le domaine de la civilisation, nous avons activement mis en œuvre l’Initiative pour la civilisation mondiale, donnant un nouvel élan à la promotion des échanges et de l’inspiration mutuelle entre les civilisations. La civilisation humaine est à mille facettes, il n’est nullement question de supériorité ou d’infériorité. Un monde en paix et en développement devrait accueillir différentes formes de civilisation. En portant des lunettes teintées « d’orgueil et de préjugés » et en nous laissant guider par la « théorie de supériorité d’une civilisation sur les autres » et la « théorie du choc des civilisations », nous ne ferons qu’accroître les différences et même conduire à des conflits. La Chine s’engage activement dans le dialogue et la coopération entre les civilisations à l’échelle mondiale et contribue ainsi à la promotion de la compréhension mutuelle des peuples.
La Guinée et la Chine, ont toujours été étroitement liées en tant que communauté de destin. S’appuyant sur la plate-forme du Forum sur la coopération sino-africaine et se concentrant sur la coopération de qualité dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route » et dans la cadre des trois Initiatives majeures, la Guinée devra travailler avec la Chine pour approfondir la coopération pragmatique et mutuellement bénéfique dans divers domaines.

                                            VIVE L’AMITIE CHINE-AFRIQUE
                                      Le Président PO
                                  La Secrétaire générale

                                      Dre Haicha CISSE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici