La question relative à la durée de la transition a été posée ce vendredi au premier ministre chef du gouvernement au cours d’une conférence de presse qu’il a animé au centre de Loisirs de Camayenne. Mais malheureusement, Amadou Oury Bah a été évasif sur la question.
Pour Bah Oury, il ne faut pas voir la question de la transition comme si le Gouvernement est seul à décider et à faire les choses. « C’est un partenariat global qui implique la société publique, la société civile et les conditions économiques financières du pays. Le processus du dialogue politique n’a pas été facile et a impacté négativement la dynamique pour un retour à l’ordre constitutionnel dans les délais indiqués à travers un accord dynamique entre la CEDEAO et la Guinée. La responsabilité de cela peut être partagée. Même si vous êtes contre l’action gouvernementale, vous allez à l’encontre des intérêts de votre pays pour des raisons que seul Dieu peut connaître, vous contribuez à ralentir le processus de retour à l’ordre constitutionnel.
Il y a eu beaucoup d’actions néfastes qui ont contribué à ralentir le processus de la dynamique engagée par la Guinée. Le fait de peindre en noir tout ce qui est fait dans ce pays, de ne rien voir de bon tout ce qui est en train d’être fait, c’est une attitude antipatriotique qui ne doit pas correspondre à un citoyen responsable de la République de Guinée à plus forte raison des femmes et des hommes qui ont été, à un moment donné, responsables et qui ont parlé au nom du peuple de Guinée, ne devraient pas agir de la sorte. »
Balla Yombouno

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici