Le gigantesque projet minier commence à voir le bout du tunnel, par l’inauguration ce mardi 12 mars 2024 de la première poutre du chemin de fer dans la localité de Kamalaya, relevant de la commune rurale de Moussayah, préfecture de Forécariah.

Long de 552 km sur de la ligne principale, cette voie ferroviaire a environ 15 gares, 170 ponts avec 69,93 km comme longueur totale, des tunnels longs de 27, 33km dont le plus long fait 11, 700 mètres soit environ 12 km. À cela s’ajoutent les 73km qui connecteront Beyla, où opère Rio Tinto, à la préfecture de Kérouané, pour un total de 625km.
Devant les représentants du cabinet présidentiel, du président du CNT (Conseil national de la transition), des responsables de Winning Consortium Simandou WCS et leurs partenaires, l’autorité préfectorale mais aussi la population locale, le cordon a été coupé par le Président guinéen, le Général de corps d’armée Mamadi Doumbouya.
Prenant la parole, le Ministre Directeur de cabinet à la Présidence, a d’abord rappelé qu’il y a pratiquement 10 mois, le Gouvernement de la transition avait procédé à l’inauguration de la première infrastructure majeure du projet Simandou. Et le 1er mai 2023, le pont Kabus a également été inauguré. Et 10 mois jour pour jour selon Djiba Diakité, le Président de la République a procédé aujourd’hui à la pose de la première poutre sur le chemin de fer TransGuinéen.
« Je pense que c’est le témoignage de l’engagement des partenaires industriels, des membres du comité stratégique mais également des hauts cadres et conseils qui nous accompagnent quant à la réussite de cet projet, sous le leadership du Chef de l’État. (…). Depuis le 25 mars 2022, nous avons signé un accord-cadre qui nous a permis de créer la compagnie du Trans-Guinéen, un vieux rêve de nos pères fondateurs. Je pense que cette cérémonie d’aujourd’hui en est une illustration pour dire que nous pouvons réussir à réaliser ce projet. Oui ! Simandou c’est le plus grand projet au monde en 2024, mais les instructions fermes que nous avons reçues c’est bien de dire que nous avons le plus beau projet au monde, mais l’un des enjeux stratégiques et défis pour nous, c’est comment garantir l’impact sur la population, sur nos concitoyens », a dit le ministre Directeur de cabinet à la Présidence de Guinée.
Simandou, l’un des grands projets miniers au monde, dispose de quatre composantes. Ce sont entre autres : les mines, le port, les rails, mais aussi l’acier, destiné à la transformation locale sur place. C’est pourquoi, Winning Consortium-WCS s’investit activement dans la première phase liée à la réalisation d’infrastructures, avant la seconde phase qui est celle d’exploitation, ce conformément au respect des clauses du contrat et le délai d’exécution des travaux.

« Notre entreprise multiplie ses efforts pour la construction de ce chemin de fer Trans-guinéen. Beaucoup d’autres travaux ont été déjà réalisés sous l’égide du Gouvernement guinéen et sous la gestion du CTG et Winning Consortium. C’est pourquoi l’inauguration d’aujourd’hui prouve à suffisance que nous travaillons ensemble. Les techniques du lancement du projet, constituent aussi un jalon important dans la construction d’un chemin de fer(…). Winning Consortium va continuer à suivre régulièrement ces travaux de construction. Et, ce chemin de fer va être essentiel dans le développement du transport national, de la formation mais aussi de la croissance économique. Nous allons continuer à travailler sans relâche pour le développement de la Guinée et pour participer efficacement à toutes les étapes de la construction de ce chemin de fer. C’est pourquoi nous allons travailler avec tous les partenaires et l’État guinéen », a mentionné le Directeur Général de Winning Consortium Simandou Railway M. Zhang Cheng.
Dans son discours, le président du Conseil d’Administration (CA) de la Compagnie Trans-Guinéenne (CTG), a noté de passage que les partenaires industriels notamment WCS, Simfer Rio Tinto prévoient d’investir environ 20 milliards de dollars pour la construction des mines, des infrastructures ferroviaires et portuaires du projet qui seront la propriété de la CTG à la fin de la période de construction en 2025. De ce montant, l’État guinéen détient 15% de participation non contributive. À la fin de la construction et conformément aux accords selon Bouna Sylla, les infrastructures de la CTG pourront évacuer 120 millions de tonnes par an pendant la première phase et 160 millions de tonnes pendant la seconde.
« Elles transporteront également des passagers, des marchandises avec possibilité d’accès des tiers miniers situés le long du corridor. Les infrastructures du projet Simandou relieront les 4 régions naturelles de la Guinée pour connecter le pays avec lui-même, avec l’Afrique et le monde(…). Il ne suffit pas que le Simandou soit le plus grand projet d’une infrastructure dans le monde. Nous devons nous assurer que le projet devient le catalyseur d’une transformation complète de l’économie nationale. Ce qui le rendra durable avec la prise en compte des attentes de toutes les parties prenantes. C’est pourquoi avant la fin de la construction, l’État et des partenaires industriels travailleront sur d’autres initiatives relatives au développement économique régional pour que le corridor du chemin de fer Simandou soit l’un des hubs économiques et logistiques de notre sous-région (…). Et à date, la construction des infrastructures se situe entre 35 et 45% de réalisation, conformément aux accords « , a-t-il signifié.
Ces poutres une fois posées selon la première autorité de la préfecture de Forécariah, relieront le district de Kamalaya au district de Sengelen d’une part, et de l’autre la préfecture de Forécariah et autres localités traversées jusqu’au mont Simandou, à Beyla.
« Depuis l’arrivée du CNRD au pouvoir le 5 septembre 2021, à sa tête le Général de corps d’armée Mamadi Doumbouya, force est de reconnaître qu’il y a eu un changement en termes de développement. Cela facilite aujourd’hui la réalisation du méga projet Simandou par le consortium WCS et Rio Tinto Simfer. La première poutre que nous posons aujourd’hui, permettra de matérialiser l’avancement des travaux de la construction des rails de chemin de fer de la compagnie Trans-Guinéenne L’émotion est grande et la joie est immense, car le rêve devient une réalité. Au nom de ma population, je prends l’engagement pour la sauvegarde de cette infrastructure dans l’intérêt supérieur de la nation », a promis le préfet Mohamed 5 Camara.
Mediaguinee

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici