Il y a un réel décalage entre ce que l’on lit dans la presse et dans les revues académiques occidentales sur l’état actuel de l’économie chinoise et la réalité elle-même. Pour ceux qui vivent dans les pays du Nord, la Chine vivrait une crise majeure, qui donnerait les premiers signes de l’épuisement de son « modèle ». Pour d’autres, il s’agit d’une « leçon » : la Chine doit accroître le rôle de la consommation au détriment d’un modèle obsolète basé sur les exportations et les investissements.
En réalité, nous avons vu une croissance économique de 5,2 % en Chine. Dans le même temps, les États-Unis ont progressé de 2,5 %, le Japon de 1,9 %, la France de 0,9 %, tandis que le Royaume-Uni et l’Allemagne ont reculé de 0,1 %. En termes de productivité du travail, la croissance chinoise a été de 4,8 % en 2023, tandis que les États-Unis ont connu une croissance négative de -0,7 % et l’Allemagne, -0,3 %. D’une manière générale, cela signifie que la Chine continue de rattraper les économies capitalistes majeures, tout en disposant déjà d’une autonomie technologique totale dans plusieurs secteurs de pointe.
Le plus intéressant est de noter que les performances économiques de la Chine se situent, depuis 2020, à des niveaux supérieurs à ceux nécessaires pour atteindre les objectifs fixés pour 2035. En d’autres termes, cela signifie que le pays devrait atteindre le niveau de développement souhaité par les dirigeants du pays avant même la date prévue. Par conséquent, il convient de s’interroger sur les raisons pour lesquelles la Chine a réussi non seulement à maintenir les niveaux de croissance nécessaires pour, par exemple, la création de 11 millions d’emplois urbains prévus dans le 14e plan quinquennal, mais aussi à se maintenir comme la principale source d’exportation de prospérité vers le reste du monde, en particulier les pays du Sud. Par exemple, en septembre 2013, le président chinois Xi Jinping a défini les grandes lignes de ce que l’on appelait alors la « Ceinture économique de la Route de la soie », aujourd’hui l’Initiative « la Ceinture et la Route ». Depuis lors, 154 pays ont officiellement rejoint le projet, avec environ 1 000 milliards de dollars investis sur presque tous les continents du monde.
En d’autres termes, la réalité ne montre pas un soi-disant « moment Tchernobyl » pour l’économie chinoise. On exagère les problèmes survenus dans le secteur de l’immobilier. Bien sûr, une crise quasi soudaine dans un secteur qui représente environ 30% de l’économie d’un pays de la taille de la Chine n’est pas anodine, de même qu’aucun pays capitaliste dans le monde n’est capable de planifier une transition dans la dynamique qui implique un changement gigantesque entre les secteurs économiques et les régimes de propriété.
Un exemple de cette transition est l’augmentation des crédits au secteur industriel, notamment ceux liés au secteur de haute technologie, proportionnellement à la réduction des ressources bancaires allouées au secteur immobilier. Les données fournies par la Banque populaire de Chine montrent qu’au cours des trois premiers trimestres de 2018, le crédit au secteur de la construction a augmenté de 24,9 %, contre environ 5 % au secteur industriel. Cette tendance a changé depuis. Au troisième trimestre 2023, le secteur industriel a connu une croissance de l’accès au crédit de 34,2 %, contre seulement 4,8% au secteur de l’immobilier. Ce qui est implicite dans ces données, c’est la concentration totale des énergies sur la construction de la pleine souveraineté technologique de la Chine dans un monde où le pays subit un processus d’intimidation commerciale et technologique de la part des États-Unis.
Cette transition, bien que difficile compte tenu de l’ampleur de son fonctionnement, accélère la construction d’une dynamique de développement dite « de haute qualité », car elle implique l’expansion des services publics tels que les trains à grande vitesse, de lourds investissements visant à maintenir la Chine à l’avant-garde de la révolution industrielle actuelle basée sur les industries d’énergies renouvelables, ainsi qu’un processus d’urbanisation guidé par l’expansion de l’accès populaire à de nouveaux droits et équipements tels que les hôpitaux modernes, les écoles, les villes inclusives et intelligentes.

Toutes ces nouvelles dynamiques de croissance économique constitueront la base de ce que le président Xi Jinping a appelé les «nouvelles forces productives de qualité », c’est-à-dire l’émergence d’un développement économique largement basé sur des technologies nouvelles dans tous les domaines de l’activité sociale. En ce sens, beaucoup de ceux qui s’intéressent à l’avenir du développement chinois poseront une telle question : est-il possible de maintenir des niveaux de croissance compatibles avec les besoins du pays ? Par exemple, l’objectif de croissance de 5 % pour 2024 annoncé à l’ouverture des « Deux sessions » par le Premier ministre Li Qiang.
La réponse est oui. Il ne s’agit pas d’un pur optimisme quant à l’avenir de l’économie chinoise, mais plutôt d’une vision particulière de ceux qui ont suivi la construction au cours des dernières décennies d’une grande machine, étatique et institutionnelle, capable de diriger l’économie dans le bon sens, de prévenir les obstacles et de les anticiper avec des innovations institutionnelles rapides et suffisantes.
Les avantages que la Chine compte à ses côtés pour atteindre ses objectifs de croissance et d’emploi sont souvent négligés en Occident : 1) un vaste noyau productif et financier de nature publique centré sur 96 grands conglomérats d’entreprises publiques et 144 institutions financières publiques visant à favoriser le développement, et 2) l’inauguration de nouvelles formes supérieures de planification économique basées sur l’utilisation généralisée d’innovations technologiques de rupture telles que le Big Data, l’intelligence artificielle et la 5G.
Telles sont les raisons pour lesquelles je suis convaincu que la croissance économique chinoise restera à des niveaux compatibles avec les besoins du pays, et même du monde. L’année 2024 devrait être marquée par la consolidation d’une dynamique de développement fondée sur les « nouvelles forces productives ».
(Elias Jabbour : consultant auprès de la présidence de la Nouvelle banque de développement (NDB) et professeur associé à la Faculté des sciences économiques de l’Université d’Etat de Rio de Janeiro (FCE-UERJ). Auteur, avec Alberto Gabriele, de « Chine : socialisme du XXIe siècle » (Boitempo, 2021). Lauréat du Prix spécial du livre de Chine 2022.)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici