La direction générale de l’Agence Guinéenne de presse (AGP) résolument engagée à faire de ce médium une vitrine dans le paysage médiatique Guinéen, a lancé ce mardi, 5 mars sa deuxième revue annuelle avec pour thème : « information Africaine un enjeu de souveraineté majeure. » Pendant trois jours du 5 au 7 mars courant les journalistes de cette Agence vont améliorer leurs performances en écriture d’agence dans la collecte et le traitement d’information.

Objectif est d’organiser le diagnostic participatif de la situation du journaliste reporter d’image, outiller les 8 correspondants régionaux en technique de journaliste reporter d’images (JRI) former 53 journalistes et correspondants sur le traitement de l’information africaine. Et doter huit correspondants régionaux des équipements de JRI.

A l’occasion, Lamine Diakité, secrétaire général chargé de l’administration, de la préfecture de Forécariah a noté que la formation des cadres est une opportunité pour le gouvernement de général Mamadi Doumbouya. Et de poursuivre : « Profitez bien de votre séjour de travail dans la préfecture de Forécariah. », dira-t-il.

Le thème de cette année résonne particulièrement en ces temps où la voix de l’Afrique doit être forte et authentique, surtout à l’ère numérique où les agences de presse africaines sont confrontées à plusieurs défis. La transition vers le numérique exige des compétences spécifiques en journalisme et en technologies de l’information. Les agences de presse doivent investir dans la formation de leurs journalistes pour qu’ils puissent maîtriser les outils numériques et produire un contenu de qualité. »

Pour le directeur général de l’Agence Guinéenne de presse, François Mara , lors de la première revue, nous nous sommes fixé des objectifs en accord avec notre plan d’action opérationnel. « Aujourd’hui, nous constatons une nette amélioration des conditions de travail, notamment grâce au soutien des autorités du pays, à qui nous exprimons notre gratitude. », a-t-il déclaré.

« Cette année 2024, l’AGP entreprend des réformes ambitieuses pour renforcer notre impact et notre qualité de service. Il faudra investir davantage dans la formation des journalistes reporters d’images (JRI) pour améliorer notre couverture visuelle et répondre aux attentes du public. L’acquisition de caméras professionnelles et la création de nouvelles rubriques telles que « Quoi de neuf », « Invité de la rédaction » et « Revue de presse » marqueront notre engagement à diversifier nos contenus et à rester à l’avant-garde de l’information », a-t-il ajouté.

Pour le secrétaire du Ministère de l’Information et de la Communication, Souleymane Thanguel Bah, une agence de presse d’abord se définie comme étant une source de l’information.

« Cette mutation qui est mise en œuvre par la direction générale de l’AGP est un facteur essentiel afin de faire de l’AGP, la première source d’informations de la Guinée qui doit être le travail d’une Agence dans un pays Le thème L’information africaine, un enjeu de souveraineté majeur’’, parait intéressant, connaissant la situation des médias locaux. La responsabilité sociétale des journalistes doit être dégagée pour éviter des contenus inflammatoires qui peuvent porter atteinte à la sécurité nationale », a-t-il dit en substance

Thierno Kalifatou Doumbouya

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici