Le procès du massacre du 28 septembre 2009 qui a fait plus de 157 morts a pris une autre dimension ce lundi, 4 mars au tribunal de Dixinn délocalisé à la Cour d’Appel de Conakry.

Le parquet a requis au tribunal la requalification les faits pour lesquels sont poursuivis les onze accusé. Ils étaient poursuivis pour « de meurtre, assassinat, torture, enlèvement, 1séquestration, coups et blessures et violations volontaires, pillages des marchandises, des biens immobiliers et d’incendie volontaire des magasins conteneurs et autres ».

Toutes ces infractions prévues et punies par les articles « 19, 20, 206, 208, 303, 304, 305, 306 alinéas 11,12, 13, 232, 233, 234, 1, 5, 6… du code de pénal, requalifie donc ces faits en crimes contre l’humanité et autres formes de responsabilité pénale contenues dans les dispositions des articles 194, 195, 196, 197, 198, 199 du code pénal 7, 25, 27, 28, 29 et 30 du statut de Rome de la Cour pénale internationale du 17 juillet 1998. À préciser que ces statuts-là ont été ratifiés par la république de Guinée à travers la loi L25 du 20 décembre 2002. En le faisant, monsieur le président vous aurez que dire le droit », a fait savoir Sidiki Camara substitut du procureur après avoir remis le contenu des réquisitions de 34 pages à toutes les parties.

Une chose qui a surpris tout le monde car les autres parties s’attendaient à la phase des confrontations. Et sans les avocats de la défense réagissent par l’intermédiaire de Me Almamy Samory Traoré.

A sa de parole, il a demandé un renvoi% de deux semaines pour mieux prendre connaissance du contenu des réquisitions des parquetiers, et de pouvoir apporter une réponse. « Vous venez constater que la défense vient de recevoir ces réquisitions du ministère public qui demande une requalification des faits pour lesquels nos clients sont poursuivis après plus d’un an de débats. Monsieur le président nous n’avons pas fondamentalement les mêmes intérêts que la partie civile. Nous, nous défendons des personnes qui sont poursuivies pour des faits assez graves et pour lesquels une meilleure organisation de la défense est absolument nécessaire. C’est pour cela, que la défense à l’unanimité demande le renvoi de cette affaire à 2 semaines pour nous permettre comme l’a fait le ministère public de vous présenter les conclusions écrites en réplique pour réquisition afin de requalification présentée par le ministère public. »

Les avocats de la partie civile, porté Me Alpha Amadou DS Bah, soutiennent cette requalification demandée par le ministère public « Nous, nous souscrivons entièrement à la démarche du parquet »

Le président du tribunal de Dixinn, Ibrahima Sory 2 Tounkara, a ainsi renvoyé l’affaire au lundi 18 mars 2024.

Thierno Kalifatou Doumbouya

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici