Le gouverneur de la Banque Centrale de Guinée (BCRG), Dr. Karamoko Kaba, a fait preuve d’un patriotisme et d’un nationalisme exceptionnels en plaidant pour la réciprocité dans le secteur de l’affinage de l’or.

Actuellement, environ 70 % de l’or africain est directement acheminé vers les raffineries de la LBMA en Suisse, tandis que 20 % supplémentaires transitent indirectement par des plateformes telles que Dubaï, Istanbul et Hong Kong.

Cependant, les raffineries de la LBMA font preuve d’une préférence discriminatoire, préférant s’engager uniquement avec des sociétés minières affiliées ou détenant des parts dans des raffineries, comme le partenariat d’Anglogold Ashanti avec Rand Refinery en Afrique du Sud – la seule raffinerie certifiée par la LBMA sur le continent.

Les raffineries de la LBMA semblent appliquer deux poids deux mesures dans leurs procédures de conformité, une pratique qui ne peut être tolérée.
Nous félicitons le gouverneur de la BCRG d’avoir pris une position ferme contre cette injustice. Il est grand temps que les gouvernements africains s’opposent directement et fermement aux efforts de lobbying de la LBMA. Il est injustifiable que les raffineries suisses de la LBMA acceptent de l’or provenant de mineurs artisanaux dans des pays comme la Colombie, où les risques de narcotrafic et de blanchiment d’argent sont importants, tout en plaçant la Guinée et d’autres pays africains sur la liste noire.

Cette discrimination doit cesser et les nations africaines doivent s’unir pour exiger un traitement équitable et l’égalité des chances au sein de l’industrie mondiale de l’affinage de l’or.

Soyons solidaires de cette inégalité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici