Offrir une meilleure prise en charge des malades en Guinée reste une priorité du gouvernement de la transition à travers le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique. C’est dans cette dynamique, que le ministre Dr Oumar Diouhé Balh a procédé ce mardi, à la remise des bâtiments rénovés et équipés de l’hôpital Ignace Deen (les urgences, la chirurgie et la pharmacie) qui n’étaient guère réjouissants.

A l’occasion de la cérémonie de remise présidée par le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Dr Oumar Diouhé Bah, le Directeur général de l’hôpital Ignace Deen, Pr Mamadou Dadhi Baldé a soutenu que cibler les urgences en rappelant qu’une des missions de l’hôpital public est l’accueil inconditionnel les malades , à toute heure du jour et de la nuit, le Ministre a touché la vitrine , le poumon de l’hôpital.« En décidant de s’attaquer aux infrastructures de l’hôpital Ignace Deen, dès le lendemain de votre installation, vous avez clairement indiqué l’intérêt que vous portez à ce patrimoine historique de notre pays, et de traduire en actes le slogan du président de la Transition s’inspirer du passé pour mieux construire ensemble l’avenir», a noté Pr Dadhi.

Dans cette mission, poursuit le Directeur général de l’hôpital Ignace Deen, « c’est la seule porte qui demeure ouverte et allumée toute la nuit. Première image donnée par un établissement hospitalier, les urgences doivent être une porte d’entrée suffisamment attractive. La qualité du travail accompli aux urgences facilite la suite de la prise en charge des patients secondairement admis dans les services de soins, car les services d’urgences n’ont pas vocation à hospitaliser, mais, ils jouent un rôle de tour de contrôle », a-t-il mentionné.

Revenant sur les travaux réalisés, le Directeur général de l’hôpital Ignace Deen de confier qu’en plus des travaux effectués aux urgences, des aménagements ont été également faits au niveau de la pharmacie hospitalière afin de permettre une meilleure dispensation de médicaments de qualité à un coût abordable, quelle que soit l’heure d’admission du patient.«Ces différents travaux donnent un nouveau visage à notre hõpital, et ont permis d’avoir au niveau des urgences médicales : 10 lits, 2 bureaux de Médecins, une salle de soins infirmiers, une pharmacie d’urgence et 1 bloc de 4 toilettes. Des équipements du mobilier, et de la literie ont été fournis.

Des urgences chirurgicales : 8 lits, 1 bureau de Médecin, 1 bureau pour les infirmiers, 1 bureau pour les anesthésistes, 2 blocs opératoires, une salle de stérilisation, un bloc de toilettes. Le pavillon situé au-dessus des urgences a été également réhabilité: toiture, bureaux, salles d’hospitalisation, toilettes.

La pharmacie a désormais plus d’espace pour le stockage et la dispensation des médicaments, et la possibilité d’élargir la gamme des produits aux spécialités, mais aussi aux dispositifs médicaux.

La salle de réveil de la maternité a été également réhabilitée et des travaux sont en cours au niveau de la buanderie de l’hôpital », a-t-il cité.

Après avoir remercié le ministre, Dr Mamadou Dadhi Baldé a souligné qu’avec les autorités de la transition, qu’il espère que ces belles actions se poursuivront afin de mettre tout en œuvre pour relancer le projet de reconstruction ou de réhabilitation de l’hôpital Ignace Deen.

intervenant, le Directeur national des Établissements hospitaliers publics et privés , Dr Balla Condé a soutenu qu’une structure de santé c’est d’abord pour accueillir nos confrères, nos parents, nos amis bref toute la population de façon générale. « C’est pourquoi, depuis sa prise de fonction, l’actuel ministre de la Santé a mis un accent sur ce qui lui est cher mais qu’est cher aussi au président de la transition, le Général de corps d’armée Mamadi Doumbouya. Il dit que nous devons tout faire , tout maître en œuvre pour nous rapprocher de notre population mais aussi la rapprocher de son système de santé » a-t-il rappelé.

Parce que nous avons trouvé qu’il y a un problème à ce niveau, a ajouté Dr Condé.« Mais ce problème est très simple. C’est que nous, professionnels de santé, nous, praticiens hospitaliers, nous devons nous dire que les patients n’ont pas choisi de venir à l’hôpital par plaisir. Ils viennent pour se faire soigner. Et que de notre côté, nous devons metttre tout en œuvre pour essayer d’aller vers eux, les recevoir comme il se doit, comme si c’était des parents à nous, des frères à nous, les soigner comme il se doit et qu’ils repartent en bonne santé. Ça , c’est un.
Deuxièmement, il faut mettre un accent sur un élément très important. C’est de faire en sorte que ce bijou qu’on vous confie , qui est à votre porté que vous l’utiliser à bon escient. Faire en sorte que les pratiques hospitalières soient les meilleures possibles à travers notre façon de faire , d’agir et de donner les services de soins et surtout veiller à’l’hygiène de l’hôpital », a-t-il précisé.
Clôturant les interventions, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique est revenu sur ce qui a motivé l’exécution de ces travaux au sein de l’hôpital Ignace Deen. « À ma prise de fonction, j’ai reçu des instructions claires et précises du chef de l’Etat le Général de corps d’armée Mamadi Doumbouya président de la République relatives à l’amélioration des conditions de vie de nos populations, de conditions de traitement de nos populations dans les différentes structures sanitaires du pays.


En effectuant des visites inopinées, la première visite a été faite ici à l’hôpital national Ignace Deen. Mais, malheureusement , les conditions d’accueil n’étaient pas du tout acceptables. Nous avons trouvé des lits vetustes, des matelas déchirés, des toilettes qui coulaient à flot au bloc opératoire. Il y’avait des poubelles remplies des seringues et de flacons (…). C’est ainsi, j’ai donné des instructions fermes pour que ces services là soient immédiatement rénovés et c’est ce qui est fait.
Aujourd’hui, ces services peuvent accueillir à partir de l’instant dignement dans les normes les patients qui viendront sur les 24h ou plus de 24h et c’est surtout ça le souhait », a-t-il dit

En enchaînant sa communication, le ministre Dr Diouhé Balh a lancé un appel à toutes les structures sanitaires du pays de faire que le service des urgences qui constitue la vitrine de ses structures puisse répondre aux normes afin d’accueillir dignement nos compatriotes.« Nous n’avons pas beaucoup de choses à offrir mais l’accueil et la propreté, je pense que c’est le minimum qu’on puisse offrir à un patient qui est admis aux urgences. L’accueil n’a pas de prix,le sourire n’est pas payant mais il peut produire les effets. On dit ministère de la Santé et de l’Hygiène publique.
Il’ faudrait que les populations soient satisfaites, Il n’y a pas que les autorités qui nous évaluent mais les populations aussi. Je tiens vraiment à la satisfaction des populations », a-t-il conclu.

Amadou Mouctar Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici