Une société unipersonnelle de droit guinéen qui s’emploi dans le domaine d’importation des produits chimiques, matériels, réactifs et équipements scientifiques de laboratoire. Bref, une marque capable de livrer au laboratoire tout ce dont on il en a besoin pour pouvoir produire des résultats escomptés chez les patients.

Rencontré à son siège à Dixinn, le président directeur général de ladite société, Dr Amadou Tounkara a égrainé un chapelet de souhaits auprès des autorités guinéennes. Des souhaits qui s’articulent autour des stratégies des passations de marchés au niveau du ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, également à la réduction de taux de la taxation douanière sur les équipements de laboratoire pour ne citer que ceux-là.

« Comme clients, nous avons les hôpitaux, les cliniques, les cabinets médicaux des centres de santé de la place. Notre objectif est d’influencer les stratégies de passations des marchés au niveau du ministère de la Santé » précise Dr Tounkara.

Pourquoi ces souhaits ?

Parce que dit-il, nous nous sommes rendus compte que l’État perd énormément de l’argent à travers les systèmes de passations des marchés actuels. Ce qui n’est pas du tout avantageux pour notre cas vue les conditions économiques dans lesquelles nous vivons.

« C’est dans cette optique que nous souhaitons que ces systèmes changent pour que les sociétés qui sont les mieux habilitées gagnent les marchés. 

Aujourd’hui, nous n’avons pas eu le marché de la rénovation de l’hôpital national Donka. Le système de passations des marchés était de telle sorte qu’aucune société guinéenne n’a pu gagné un marché. Les sociétés étrangères qui avaient eu la chance d’en avoir sont venues installées que les matériels puis repartir. Le temps de la réouverture de l’hôpital a trouvé que beaucoup d’équipements étaient déjà grippés. Et nous, avec nos contacts à l’extérieur, prouver à la nouvelle direction générale de Donka qu’on avait des équipements plus modernes que ce qu’ils avaient acheté auparavant.

Ce qui fait qu’aujourd’hui, beaucoup d’équipements utilisés dans cet hôpital ont été mis à disposition par nous, vue qu’on a pas eu le marché… » a-t-il souligné. 

A cela, s’ajoute d’autres difficultés surtout axées sur la taxation douanière que Dr Tounkara juge très élevée. Ce qui lui emmène à lancer un appel aux autorités guinéennes.

« Mon souhait est que le gouvernement de la Transition réduise le taux de taxation douanière pour les équipements de laboratoire. Ceci va permettre à nous autres d’acheter beaucoup d’équipements pour le pays, et aux usagers (techniciens des laboratoires, les directeurs des hôpitaux…) de pouvoir à leur tour acheter ces équipements modernes pour équiper les laboratoires, les hôpitaux et des cabinets de santé afin d’offrir des services de qualité pour le suivi des patients. Que l’État pense aux opérateurs guinéens qui se sont investis dans le domaine de l’équipement des hôpitaux pour que ces derniers aient les moyens qu’il faut pour pouvoir mieux équiper nos structures sanitaires de notre pays » conclut-il.

En 2023, la société LABMART a fourni assez d’efforts en matière d’approvisionnent des structures sanitaires en des produits de qualité. Un rythme que ladite société compte redynamiser davantage pour mieux servir sa clientèle. 

N.M. Soumah et S. Kourouma

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici