L’immeuble abritant la direction générale de l’Office Guinéenne de Publicité (OGP) a dangereusement été affectée, à la suite de l’incendie déclarée le 17 décembre 2023 à Kaloum. Au lendemain de l’explosion du principal dépôt des hydrocarbures du pays, le Directeur général a pris une décision devant mettre le personnel non essentiel en congé technique de trois (3) mois, allant du 01 janvier au 31 mars 2024.

Ladite décision a malheureusement fait l’objet de la rumeur d’un licenciement du personnel, une fausse information qui a vite surplombé les réseaux sociaux, le mardi 02 janvier dernier. À l’issue d’une rencontre tenue mercredi dans les locaux provisoires de cette agence, M. Mandian Sidibé a non seulement démenti cette information, mais a également parlé de mauvaise foi des concernés, précisant tout de même que sa décision mal interprétée est loin d’un licenciement.

« Je tiens à préciser qu’ils ne sont pas du tout licenciés. Pas du tout, personne n’est licencié, même une seule. Mais ceux qui n’ont pas d’activité à mener actuellement, qu’ils se reposent à la maison, parce que l’espace qui est là est très restreint et ne peut contenir même trente (30) personnes. Ce n’est donc pas par méchanceté que je les fais asseoir. Il faut trouver des moyens actuellement pour me réinstaller ailleurs. C’est vrai que le ministère de l’information et de la communication m’a donné les locaux au département là-bas, mais ne peut prendre que maximum 20 personnes. Alors il faut attendre que le ministère déménage au niveau de la RTG Koloma pour que l’OGP occupe ses locaux. Mais quand vont-ils déménager ? On ne le sait pas, et pour le moment nous n’avons pas de ressources pour prendre un immeuble en location pour mettre tout le monde », a confié le Directeur général de l’OGP.

Autres précisions apportées par la direction, c’est également le bâtiment qui sert de service minimum depuis le drame de Kaloum. Ce nouveau local selon Mandian Sidibé, est son propre bureau réservé pour l’installation de sa société, même si l’équipement et le mobilier sont pour lui. « Il était important de revenir sur ce point, parce que j’ai entendu beaucoup de choses sur cet autre point ». 

Au lendemain de la prise de ladite décision, certains travailleurs victimes de licenciement selon eux, ont aussi inondé les réseaux sociaux. Ces agissements selon le journaliste Mandian, traduisent la mauvaise foi des gens.

« Vous voulez rester à la maison, vous avez votre salaire de base et vous voulez qu’on vous paie encore les mêmes primes que ceux-là qui se déplacent. Cela n’est-il pas une injustice ? Et au même moment, on a écrit à la Banque Centrale pour dire qu’on ne peut pas faire des prélèvements sur le salaire de nos travailleurs, voilà la décision et voilà la raison. Le Conseil d’Administration ( CA) a validé ma décision et les deux tutelles sont informées. Je me refaire toujours du CA avant de prendre une décision. C’est pourquoi j’ai noté dedans, qu’après avoir requis l’avis favorable du CA. La veille de la décision, le PCA était assis là. Moi j’ai dit six (6) mois et le PCA s’est opposé pour dire qu’il faut 3 mois. Qu’on ne peut pas mettre les gens au chômage. J’ai tenu à préciser que ce n’est pas du chômage, mais il m’a dit qu’il ne veut rien entendre. De me battre plutôt pour qu’après 3 mois pour que je puisse reprendre les gens, bien que je sois dans les difficultés, mais je l’ai écouté et c’est ce que j’ai appliqué. En tout cas il n’y aura aucun prélèvement pendant cette période. Quand on va les reprendre, on va faire un rappel et on va reverser leur cotisation lorsque l’entreprise va reprendre son élan normal », a confié le premier responsable de l’Office Guinéenne de Publicité.

Mediaguinee

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici