Après 5 jours de manifestation artistique, le festival national des arts et de la culture (FENAC) a pris fin ce samedi, 16 décembre 2023, au centre culturel Franco-Guinée (CCFG). Cette cérémonie de clôture a été présidée par le ministre de la culture, du tourisme et de l’artisanat en présence de plusieurs cadres et acteurs de la culture.

Ce grand festival des arts et de la culture, qui a réunis les filles et les fils venus de tous les côtés du pays, s’est clôturé dans la beauté, ce samedi au centre culturel Franco-Guinée. La cérémonie a été marquée par le défilé sur les grandes figures. Et également, par la prestation des ensembles nationaux réunis (l’ensemble instrumental national, les ballets Africains, les ballets Djoliba, les troupes de percussions etc…) Leur synergie incarnait le vrai sens de la symbiose, de l’entente et de l’union. Et cela, leur a permis d’émerveiller ce beau public qui était présente à cette cérémonie.

Satisfait et content de la réussite de l’évènement, le ministre Alpha Soumah, dira dans son discours de clôture que : « Lorsque nous sommes venus au département de la culture, du tourisme et de l’artisanat, nous avons voulu perpétuer certaines traditions. Et ce festival faisait partir. Il a été créé dans les années 60. Il a évolué dans les années 70. Et aujourd’hui, il va falloir que la nouvelle génération s’approprie de ce festival. Pourquoi? Parce que tous les ensembles que vous avez ici aujourd’hui, que ce soit l’ensemble instrumental national, que ce soit le Ballet djoliba, les ballets Africains, que ce soit les orchestres nationaux comme le Bembeya jazz national, Balla et ses Balladains que nous avons connu. Kèlèti et ses tambourinis sont tous issus des Quinzaines artistiques qui ont donné suite au FENAC », a-t-il magnifié.

Continuant, il a interpellé la jeunesse de prendre à bras-le-corps leur culture pour assurer la relève et il a profité pour remercier le chef de l’État et tous ceux qui ont contribué à la réussite du FENAC. « Si vous vu des artistes talentueux comme Sékou Bembeya, Diamond Finger, alors sachez qu’ils viennent de ce festival. C’est pour cela nous voulons transmettre à notre tour à la nouvelle génération d’artistes, d’hommes de culture, aux comédiens, etc. C’est très important, parce que cette transmission va vous permettre un jour, à  votre tour, comme un héritage que vous avez légué à la génération que vous laisserez. Je tiens à remercier nous devanciers tels que Isto Keira, qui ont œuvré pour que ce festival existe. Je tiens à remercier les sages des différentes communautés de la Guinée qui ont compris que nous tenions à ce que les gens soient unis autour du thème « la paix et la cohésion ». Je tiens spécialement à remercier le Président de la République, qui a voulu la réussite de cet événement une fois qu’il a connu le thème et les membres du gouvernement qui m’ont également soutenu. »

Dans la fièvre de cette rencontre, il était aussi question de proclamer les résultats des différentes compétitions qui ont permis l’émulation entre les 8 régions administratives de la Guinée dans 6 disciplines pendant 3 trois jours.

Selon le rapporteur du jury, M. Souleymane Keita,  Pour les 8 régions, il a eu 50 encadeurs et artistes par région. Ce qui a fait en total, 400 artistes mobilisés.

Voici les lauréats par disciplines: –Musique traditionnelle: 

– 1ère Boké; 2ème N’zérékoré, 3ème Faranah.

– Danse patrimoniale: 1ère Kankan; 2ème Conakry; 3ème Faranah.

– Percussions: 1ère Boké; 2ème N’zérékoré; 3ème Conakry.

– Recital: 1ère Boké; 2ème Labé; 3ème Kindia.

– Théâtre: 1ère exsoquo Boké et Conakry;  3ième Mamou.

– Chorale: 1ère Mamou; 2ème Kankan; 3ème N’Zérékoré.

La région de Boké a remporté le grand prix de cette 19ème édition en obtenant les quatre premières places sur les six disciplines en compétition. Ces victoires  dans ces différentes disciplines ont permis à la région de Boké de remporter le grand prix, accompagné d’une récompense financière de 100.000.000 GNF. 

Il faut également noter que plusieurs médias et des structures partenaires ont été honorés des satisfécits pour avoir accompagné cette grande rencontre culturelle comme: le quotidien national Horoya, la RTG, Hadafo médias, structure By Issa, le CCFG, etc.

Mohamed Dramé 

Photos: Lamine Sylla

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici