Gel des comptes des communes, faibles mobilisation des ressources internes, manque de subvention, sont entre autres constat fait par le nouveau maire de cette municipalité, Dr Saidou Pathé Barry. Alors que la demande est forte et les attentes nombreuses pour les 17 930 citoyens vivant dans cette partie de la préfecture de Pita. M. Barry a fait cette annonce à l’occasion de sa toute première rencontre de prise de contact avec les ressortissants de Bantignel à Conakry fortement mobilisés hier dimanche 10 décembre au quartier Soumanbossia dans la commune de Ratoma. Jusque-là premier maire adjoint, Dr Barry a été installé dans ses fonctions le 7 octobre dernier suite au décès du titulaire, feu Elhadj Amadou Barry.

Il s’agit pour l’Association pour le développement de Bantignel (ADB), organisatrice de la rencontre de renforcer la collaboration entre résidents et ressortissants afin de favoriser l’épanouissement socioéconomique de cette commune rurale. 

Cette assemblée a connu la présence du maire de la commune rurale (CR)de Bantignel à la tête d’une délégation et des représentants des 11 districts qui sont Sallia, Bantignel Maoudé, Bantignel Tokoséré, Bourouwal Lahédji, Doguel, Missidé Hamdalaye, Borouwal Holladé, Billé, Mélikansa, Dar-es-Salam et Missidé Hindé. Durant la rencontre, les interventions ont tourné autour de l’unité d’actions pour la prospérité de la sous-préfecture.

Le président de l’ADB, Elhadj Mamadou Saidou Diallo Mélikansa a salué la mobilisation grandiose des fils et filles de sa localité autour des questions de développement local. « Après tant d’années, il fallait qu’on se retrouve afin d’essayer de relancer Bantignel, de relever les défis afin de redonner la confiance. C’est pourquoi on a appelé tout Bantignel, les responsables, ceux qui sont chargés de la mobilisation, pour le développement de Bantignel. Nous commençons par l’union des fils et filles de Bantignel, parce que c’est ce potentiel humain qui peut nous servir. Bantignel a 11 districts et à chaque district, le service de santé, les adductions d’eau, les écoles… Chacun fait de son mieux pour être à la hauteur, le bureau se félicite de ça. Nous venons de loin, nous avons été l’une des meilleures sous-préfectures du point de vue développement. Nous voulons rééditer ça. Sur ce, j’appelle tous les fils et filles de Bantignel pour s’unir davantage afin de mériter cette confiance », a souhaité M. Diallo.

De son côté, Docteur Saidou Pathé Barry a exprimé sa satisfaction pour non seulement la mobilisation mais aussi la qualité des débats. Pour lui, c’est un grand départ qui est ainsi donné pour faire face aux nombreux défis de l’heure. « Je suis ancien fonctionnaire du Ministère de la Santé, ancien Assistant technique, puis conseiller régional de l’OMS pour l’Afrique au bureau régional à Brazzaville, représentant de l’OMS au Tchad où j’ai pris ma retraite. J’ai décidé depuis mon retour de m’installer dans mon village pour contribuer à la promotion du bien-être de mes concitoyens. C’est une satisfaction totale pour trois (3) raisons : la 1ère, la grande organisation ; la 2ème, les propositions et les suggestions faites pour faire avancer la commune ; la 3ème, le fait que tous ceux qui sont venus sont convaincus que cette assemblée sera le point de départ pour une entente et l’harmonie entre les fils et filles de Bantignel pour contribuer au développement de la commune, de la préfecture et de la Guinée ». Il poursuit en disant que : « Les défis à relever, c’est le renforcement de la citoyenneté auprès des populations pour qu’elles comprennent leurs droits et devoirs. Ensuite, comment améliorer les conditions de vie et de travail des populations, après en priorité, le ciblage des jeunes et des femmes pour les stabiliser dans le pays, et dans Bantignel, en leur permettant d’avoir des revenus suffisants pour qu’ils ne puissent pas traverser le désert. Le point de départ du développement, c’est l’entente, la mutualisation des efforts et la solidarité. Après cette assemblée qu’on puisse se retrouver pour élaborer ce que nous comptons faire en 2024. Je promets qu’aucun franc destiné à la commune de Bantignel ne connaîtra un autre chemin « , a-t-il laissé entendre.

Pour sa part, Madame Diallo Honorable Asmaou Barry, conseillère au CNT et ressortissante de Bantignel, soutient que la concertation est la meilleure option pour relever les nombreux défis auxquels est confronté la Sous-préfecture. «  Je suis très heureuse que cette grande rencontre qui a mobilisé les fils et filles de Bantignel ait eu lieu. Parce que pour toute action de développement, il faut pouvoir se connaître, il faut se parler, c’est là que des initiatives vont apparaître et que même des soutiens peuvent émerger. A partir de là, on pourra réfléchir sur des actions, se donner les mains et puis travailler pour le développement de la communauté. C’est en cela que j’ai salué l’organisation de cette rencontre… À partir de là, on verra avec tous les projets dans quelles mesures on va s’entraider pour leur mise en œuvre et surtout venir en appui à la commune rurale, parce que se sont nos parents qui y sont, qui travaillent pour le développement de Bantignel… Chacun là où il est, il peut faire quelque chose, soit en moyens financiers ou donner de son temps et de son énergie pour contribuer à la réalisation des différents projets », a déclaré Asmaou Barry.

Alhassane Barry

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici