Pour être plus proche de la presse, la direction générale de la Société d’Exploitation de l’Aéroport de Conakry (SOGEAC), a organisé Ce vendredi, 08 décembre 2023, un déjeuner de presse dans un réceptif de la place avec pour thème : « bilan d’une année de gestion ». Cette rencontre qui a mobilisée plusieurs travailleurs de la SOGEAC et autres.   C’était une ultime occasion pour le directeur général de la SOGEAC, Dr Namory Camara, revenir sur les prouesses engrangées au courant de l’année. Avant d’annoncer celles en perspectives.

Pour Dr Namory, la vision de son équipe est faire de l’aéroport Ahmed Sékou Touré, « un catalyseur du développement économique de la Guinée, standardiser notre aéroport à l’échelle internationale, ensuite améliorer le capital humain au service de l’expérience client », dit-il.

Ainsi, parmi avancées, à en croire le directeur général qu’en 2022, ils ont fait un total de nombre de passagers de 630.213.

« A date en novembre, nous avons dépassé ce taux de trafic. On est à 676.820. D’ici fin décembre, le nombre de trafic à l’aéroport Ahmed Sékou Touré va avoisiner autour de 724.000 passagers. Donc, on fera 100.000 passagers de plus que 2022. Ce qui constitue un taux de progression de 15% ».

Par des projets devant être réaliser courant 2024, Dr Namory camara dira : « le projet de construction et de modernisation, la finalisation de la première phase ; le projet de construction et de modernisation ; les travaux de construction des prochaines phases ; mise en place d’un nouveau cadre de gestion de l’aéroport ; poursuite du processus de certification ; la mise en place du Poste de Coordination des Aérogares (PCA) et du Poste de Coordination de l’Exploitation(PCE) ; la mise en place de l’Airport Operations Data Base (AODB) ; l’installation d’un nouveau téléaffichage dans le terminal international ; la mise en place d’un processus de gestion de la qualité ; la mise en place de la gestion de la maintenance des installations, équipements du terminal  (GMAO) ».

La construction d’un aéroport à Maferinyah, dans la préfecture de Forécariah, a été une des questions abordées au cours de cette rencontre.   Pour le directeur général de la SOGEAC, la question de Maferinyah n’a pas de pertinence, pare que dit-il  il n’y a pas d’études, donc  ce n’était pas un projet adossé d’études préalables de faisabilité. « Il est vrai qu’on s’est dit qu’on va aller à Maferinyah, mais s’il y a 10 ans tout avait été fait, ça aurait aujourd’hui une pertinence… » a-t-il dit en substance  

« Je pense qu’on a fait du bon travail. On vous a présenté toutes les activités réalisées. On est allé au-delà de ce qu’on pouvait imaginer. Même le projet d’extension et de modernisation connaît aujourd’hui une progression appréciable. Donc à mon avis, la trajectoire est bonne et c’est une occasion de dire que ce résultat n’est pas uniquement à la SOGEAC, c’est aussi celui du ministère des transports et du président de la République. Un aéroport, c’est une confiance. Je pense que s’il a eu confiance en nous, c’est parce qu’il s’est dit qu’on peut faire un bon travail (…). La perception de la population a beaucoup changé en ce qui concerne la SOGEAC et surtout de l’activité aéroportuaire », a ajouté Dr Namory

Thierno Kalifatou Doumbouya

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici