Ce samedi, 2 Décembre les facilitatrices du cadre de dialogue inclusif inter-guinéen ont réuni à Conakry, les acteurs impliqués en vue de préparer la deuxième phase de la campagne de vulgarisation des 35 résolutions.

Cette rencontre a connu la participation des représentants des faitières de la société civile, des coalitions des partis politiques, des représentants du ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation (MATD) mais aussi des représentants des forces de défense et de sécurité.

Les participants ont longuement échangé sur plusieurs sujets. Il s’agit entre autres : du rapport de la première phase de la campagne de vulgarisation ; les leçons à tirer ; la démarche méthodologique du deuxième déploiement ; des éléments de langage; du canevas du rapport.

Dans son discours de circonstance, la porte-parole des facilitatrices, Dr Makalé Traoré a remercié les participants pour leur engagement tout en présentant des excuses suite au retard accusé pour le lancement de la deuxième phase.

Elle rassure les uns et les autres quant aux dispositions prises par les autorités pour le bon déroulement de cette deuxième phase. Dame Makalé a insisté sur la nécessité de tirer les leçons de la première campagne et proposer des améliorations.

« Nous avons mis en place le comité national permanent, qui se réunis chaque mois autour du rapport de secrétariat technique. A ce jour, ce comité a tenu 7 sessions. Les sessions auxquelles ils prennent des décisions, quand à la mise en œuvre des résolutions. Aujourd’hui nous lançons l’atelier préparatoire de la 2ème vulgarisation. Cette vulgarisation va également parler des résolutions dans les 33 préfectures, ensuite les 99 sous-préfectures, qui ont été touchées et les 6 communes de Conakry. Il est également question de parler du rapport qui sera remis bientôt au Chef de l’Etat » a indiqué Madame Traoré.

De son côté, Madame Kourouma Saran keita, présidente du réseau des femmes entrepreneurs de guinée, soutient que le rapport sur le processus du dialogue est prêt.

Et dès après cette remise, les délégations vont à l’intérieur du pays pour vulgariser non seulement dans les 33 préfectures, mais également, dans 99 sous-préfectures. Selon elle, l’expérience de la première vulgarisation, a montrée l’engouement des populations à la base mais aussi les plaintes de ne pas souvent être informées de ce qui se passe à Conakry.

Pour Tatachop Bamba président du parti LMD, et participant à ce cadre de dialogue, c’est une bonne idée de réunir toutes les entités politiques et sociales pour trouver une dynamique de paix et de quiétude sociale.

« Le produit est très important aujourd’hui. Vous voyez qu’au sein de ce cadre de dialogue, toutes les entités politiques et sociales se sont retrouvées pour insuffler à cette transition une dynamique de paix et de quiétude. Je pense que ce cadre de dialogue aujourd’hui, est un creuset pour renforcer le vivre ensemble dans le pays. Je demanderai aux participants de s’y mettre et d’œuvrer pour que cette transition soit une réussite et que ça se fasse de façon apaisée, et que les liens de parentés et de fraternité qui ont toujours existés, soient renforcés. Et qu’on sort de cette léthargie afin que la Guinée soit le pionnier sur le plan africain », a laissé entendre M. Bamba.

Alhassane Barry

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici