Le recensement biométrique des agents de la Fonction Publique et le concours de recrutement de nouveaux fonctionnaires étaient au menu des débats.

D’entrée, le ministre Julien Yombouno a expliqué les raisons qui ont poussé les autorités actuelles à travers son département à engager la vaste opération d’assainissement du fichier de la Fonction Publique avec à la clé la biométrisation. « C’est après un constat très amer que le Président a instruit à mon équipe de procéder à l’assainissement du fichier. Nous avons constaté plusieurs anomalies à savoir :

La saturation du fichier, les fictifs, les doublons, le tripatouillage du fichier…À cause de toutes ces imperfections, nous avons décidé de procéder à l’assainissement du fichier dans le but de connaître l’effectif réel et fiable des agents de la fonction publique. Nous avons constaté que de 1994 en 2014, il y a eu une augmentation injustifiée de 60 mille agents de la fonction publique sans tenir compte des critères requis. C’était un recrutement frauduleux, le double emploi… C’est donc à cause de toutes ces imperfections que nous avons jugé nécessaire de procéder à l’assainissement du fichier ».

 L’objectif de cet assainissement est d’avoir un fichier fiable, réel, sécurisé et assaini qui comporte moins d’anomalies. Tout cela ne s’est pas passé sans difficultés : « nous avons rencontré certaines difficultés: menaces de mort, problèmes matériels et budgétaires, des injures.  Malgré toutes ces contraintes, nous avons pu obtenir des résultats probants et satisfaisants » révèle Julien Yombouno.

Abordant le deuxième point de sa communication portant sur le recrutement des agents à la Fonction Publique, le ministre du Travail et de la Fonction publique ne tergiverse pas : « Le seul chemin approprié pour rentrer à la Fonction publique, c’est le concours ».

Pour cela, les besoins globaux en termes de chiffres sont 67.935 fonctionnaires.

Répondant aux questions de ceux qui se plaignent des difficultés liées à l’obtention des dossiers demandés, le chef du Département du Travail répond : « Les dossiers sollicités sont faciles à obtenir. Il suffit d’aller sur les lieux indiqués. Je travaille en synergie avec mes collègues des autres départements concernés pour faciliter l’obtention de ces documents ».

Sauf que, constate le ministre Yombouno : « je constate avec regret qu’il y a des gens qui commencent à saboter cette opération aussi comme ce fût le cas de l’opération de l’assainissement du fichier. Mais, je reste imperturbable ».

La cellule de Communication du Gouvernement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici