Made with LogoLicious Add Your Logo App

Rebondissement dans le  dossier  des événements du 28 septembre 2009. Contre toute attente  ce lundi 10 juillet 2023, au tribunal de Dixinn délocalisé dans l’enceinte de la Cour d’Appel de Conakry, Capitaine Marcel Guilavogui a demandé une reprise de parole pour dire toute la vérité dans ce dossier qui a fait  plus de 150 morts au stade Conakry selon les organisations des droits de l’homme.   

Dans sa déclaration à la barre du tribunal de Dixinn,  le capitaine Marcel Guilavogui persiste et signe que c’est bien le Capitaine Dadis Camara qui a planifié le massacre du 28 septembre 2009. A travers  la garde parallèle que président du CNDD avait mise en place à cet effet. Avant d’insisté que  seul le capitaine Moussa Dadis Camara, qui doit aider le tribunal à comprendre les vrais coupables dans ces événements du 28 septembre.

« Joseph Makambo fut nommé chargé d’opérations du président de la République. Qui dit chargé d’opération, il faut être muni d’armes, tu as des personnes autour de toi auxquelles tu donnes des ordres. Il y a Monsieur Gono Sangaré qui était l’intendant général du président Dadis. Il avait la charge de l’entretien des recrues de Kaléah et hommes secrets du président. Il n’est pas là, il a quitté le pays ça fait plus de 13 ans. Je sais ce qui pouvait l’attendre. Nous avons   arrêté au même moment, ils ont eu la chance, par un plan machiavélique, de sortir. Il a utilisé le terrain. Il y a Monsieur Théodore qui était permanent à Ouaga avec le président. Où il est ?. Il y a le commandant du camp Koundara que le Général Sekouba à renommé camp Makambo. Ce camp était dirigé par Monsieur Bégré. Il n’est plus dans ce monde, mais c’était un homme barbare. On ne peut pas mentir sur un corps. C’est un ami militaire, mais c’était un barbare. Aucun de ses éléments ne pouvait lui parler. Quand il est venu un jour à la présidence, je lui ai dit qu’il vient actuellement sans saluer, il a dit » moi j’ai été nommé par le président de la République, et je n’ai de compte à rendre qu’à lui. Tu peux me dire quoi et quel poste tu as pour que je vienne te saluer « . Ce mot m’a fait très mal et je l’ai chassé auprès de moi. C’est d’ailleurs à cause de cela que je ne partais plus au camp Makambo », a-t-il expliqué.

S’agissant des recrues de Kaliah qui auraient perpétré le massacre, Marcel affirme qu’il les voyait avec au camp Alpha Yaya Diallo avec Joseph Makambo. « C’est le président Dadis qui a piloté tout cet événement du 28 septembre guidés par le colonel Thiégboro », a-t-il accusé.

D’après lui, le général Sékouba Konaté n’a rien à voir dans les évènements du 28 septembre.

Parlant du cas de Formo, le capitaine Macel a soutenu qu’ils avaient bien fait un pacte avec le président Dadis, jurer fidélité et loyauté à celui-ci, chez le féticheur Foromo à Sonfonia à Conakry.

« Foromo, c’est un féticheur. Moi je l’ai vu pour la première fois à Sonfonia. J’étais avec Dadis. Nous avons pacté, d’être au chevet du président, de le protéger et de ne pas le trahir. On a aussi pris des anti-balles contre des éventuels ennemis. Il y avait Mohamed Condé dit Escobar, Dadis, Toumba et moi Marcel. Nous avons juré sur une calebasse, on a été vacciné pour preuve, et on a tous des signes sur nos corps. Ça c’était bien avant la mort du président Lansana Conté », a-t-il  dit den substance.

« Dadis, enlève-moi ici. Mes enfants ont grandi derrière moi. Je suis à la 14ème année de détention, et vous vous étiez à Ouagadougou avec votre famille. Faites-moi quitter ici. Soyez un militaire pour dire la vérité et assumer vos responsabilités », a-t-il noté

Thierno Kalifatou Doumbouya

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici