Le quartier de Koloma, relevant de la commune urbaine de Ratoma, est frappé par un manque d’eau sans précédent. Les citoyens, excédés par cette situation, ne savent plus à quel saint se vouer dans une conjoncture particulièrement compliquée.

 Avoir de l’eau potable est un véritable défi dans cette banlieue de Conakry. Pour la plupart des ménages, la principale source d’eau se situe en dehors de la concession. 

Et la majeure partie des robinets sont à sec. Pour Djenabou Diallo, couturière, c’est « une souffrance » pour avoir un bidon de 20 litres d’eau à Koloma. Et, l’eau des puits est impropre à la consommation.

 « Nous avons un puits qui a un peu d’eau mais, on ne peut pas l’utiliser pour boire. C’est chez nos voisins ici, que nous venons pour chercher l’eau à boire. Nous souffrons beaucoup dans ce quartier et nous demandons à ce que l’État nous vienne en aide car cette denrée est indispensable à la vie« , a-t-elle indiqué.

 De son côté, Madame Bah Fatoumata Binta, mère de famille, dit ne pas pouvoir décrire la souffrance qu’elle éprouve pour avoir de l’eau pour son foyer.

« Pour puiser, il faut venir se mettre à la queue leu leu pour attendre son tour. On vient le matin à 8 heures. Et, parfois, on peut faire 2 heures ou 3 heures pour avoir un bidon d’eau. Ce n’est vraiment pas facile. Et, c’est l’unique endroit qui est proche de moi, où tout le monde vient pour s’approvisionner« , a-t-elle décrit.

 Ibrahima Camara, étudiant, vit la même réalité que les autres : « Il m’arrive parfois de venir ici sans avoir de l’eau et je suis obligé d’aller à l’école sans me laver. Après les cours, je reviens chercher. Nous demandons de l’aide aux autorités et aux personnes de bonne volonté « .

 Même si la Guinée est qualifiée comme le Château d’eau d’Afrique de l’Ouest, la réalité sur le terrain reste toujours lamentable.

Mamadou Ciré DIALLO, stagiaire 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici