Les travaux de réalisation de l’échangeur de Bambéto, sis dans la commune de Ratoma, se poursuivent sur le site. Mais les manifestations enregistrées le long de l’autoroute Le Prince, notamment à Bambeto, impactent leur continuité.

C’est en avril 2022 que le président de la transition, le Colonel Mamadi Doumbouya a lancé les travaux de réalisation de cet ouvrage qui vise à fluidifier la circulation afin de faciliter la circulation des personnes et de leurs biens.

Pour le respect du délai de 30 mois, les travaux sur la zone s’effectuent quotidiennement. Cependant, ces derniers temps, ils sont confrontés à des manifestations spontanées qui perturbent leurs activités.

Selon Bhénoh Koulibaly, un des contrôleurs du chantier : “ les manifestants nous fatiguent beaucoup. Quand il y a la violence, on ne peut pas travailler. Parce que là, ce sont les pierres et les gaz lacrymogènes qui nous envahissent. On est obligé de plier quand la pagaille commence et les Chinois payent les ouvriers en fonction de leur travail.

 Ces ouvriers sont beaucoup impactés car à chaque début de manifestation, les travaux sont arrêtés”.

Ce boutiquier, sous couvert de l’anonymat, que nous appelons Diallo partage le même point de vue que les ouvriers : “Normalement, c’est quand ils ont des revendications qu’ils devraient sortir pour exprimer leur ras-le-bol pacifiquement, mais c’est tout à fait le contraire ici. Vous allez voir parfois, ce sont des enfants qui vont sortir pour brigander les passants où ceux qui travaillent sur place. Moi, je ne peux pas qualifier ceux-là des manifestants, mais plutôt des bandits qui sèment la violence pour empêcher les autres de vaquer à leurs occupations”.

Enfin, ce ne sont pas les séries de manifestations annoncées par les forces vives qui vont faciliter le travail au niveau de l’échangeur de Bambéto dont la réalisation est confiée à la société chinoise, Sinohydro Corporation Limited.

Pour rappel, les travaux pour la réalisation de cette infrastructure ont été financés par le Fonds koweitien pour un montant de 26 millions de dollars US.

 Mamadou Ciré Diallo, stagiaire à Horoya

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici